L'arbre de vie

Accompagner l'infertilité et toutes vos expériences...

L'arbre de vie

Accompagner l'infertilité et toutes vos expériences...

Traitements


En France pour bénéficier d’une prise en charge à 100% par la sécurité sociale il faut avoir moins de 43 ans et pouvoir justifier de 2 ans de vie commune en couple hétérosexuel.


La Loi de Bioéthique devrait être revue en 2018 et pourrait ouvrir l’accès aux traitements d’infertilité à toutes les femmes (incluant donc les mamans solos et les couples lesbiens), les conditions de prise en charge sont pour l’instant floues…


Stimulation ovarienne simple

Pourquoi : troubles du cycle ou de l’ovulation

Comment : traitement hormonal, injectable ou en comprimés, qui stimule les ovaires de la femme pour qu’ils fabriquent chacun un ou plusieurs follicules

Suivi : échographies intra vaginales et des prises de sang rapprochées pour dosages hormonaux

Ensuite : rapports répétés dans la période adéquate, soit entre 6 jours avant l’ovulation et 2 jours après. Déclenchement de l’ovulation par injection sous cutanée

Test de grossesse : dosage des Béta-HCG dans le sang 14 jours après

Insémination artificielle intra utérine

Pourquoi : en cas d’infertilité inexpliquée, d’altération de la glaire cervicale ou du col utérin, de troubles de l’ovulation, de défauts mineurs ou modérés de concentration ou de mobilité du sperme après préparation et qu’une des trompes de Fallope soit perméable.

Comment : stimulation hormonale des ovaires de la femme qui permet le développement d’un ou deux follicules durant 10 à 12 jours.

Suivi : échographies et prises de sang pour dosages hormonaux (œstradiol)à 3-4 reprises. Lorsque le ou les follicule(s) sont matures, on programme l’insémination qui aura lieu en consultation. Déclenchement de l’ovulation par injection sous cutanée de hCG qui stimule aussi la maturation ovocytaire

Préparation du sperme : recueil par masturbation au laboratoire et préparation le jour même de l’insémination (on trie et on ne garde que les meilleurs spermatozoïdes !). Si pour des raisons médicales, culturelles ou personnelles, le recueil est compliqué, parlez- en avec votre médecin, il est possible de prévoir un recueil plus tôt et de trier et congeler les spermatozoïdes pour les utiliser au bon moment. Si le sperme ne contient pas de spermatozoïdes (azoospermie) et selon la cause on peut les prélever chirurgicalement dans les voies génitales masculines ou dans le testicule. Le prélèvement chirurgical peut avoir lieu le jour de la ponction (synchrone) ou préalablement à la ponction, les spermatozoïdes sont alors congelés (asynchrone).

L’insémination en elle-même :

Elle se déroule sur vessie pleine (qui permet une bonne inclinaison de l’utérus), en position gynécologique, en consultation, 36h après l’injection de hCG. Le médecin, après avoir placé un spéculum dans le vagin, traverse le col à l’aide d’un cathéter (tuyau très fin et souple), et dépose les spermatozoïdes dans l’utérus. Ceux qui sont mobiles vont remonter vers les trompes à la rencontre de l’ovocyte. La fécondation aura lieu naturellement dans le corps de la femme (« in vivo »). Test de grossesse : dosage des Béta-HCG dans le sang 14 jours après.

Fécondation in vitro : FIV

Pourquoi : anomalie des trompes (absentes ou obstruées), femmes atteintes d’endométriose avancée avec répercussion probable sur les trompes et la qualité ovocytaire, nombre d’ovocytes limités, infertilité inexpliquée, certaines infertilités masculines modérées, après échec des stimulations et des inséminations

Comment : stimulation forte des ovaires par un traitement hormonal injectable quotidien pendant 10 à 20 jours, afin d’obtenir le développement simultané de plusieurs follicules, puis de les prélever avant l’ovulation. Il existe différents types de protocoles : agonistes et antagonistes, longs ou courts

Effets secondaires fréquents et transitoires : bouffées de chaleur, douleurs abdominales, prise de poids modérée, saignements, céphalées…

Effet secondaire rare à connaitre : l’hyperstimulation, liée à une réponse excessive des ovaires. Elle se traduit par un gonflement et des douleurs abdominales, une prise de poids brutale, des troubles digestifs et parfois une gêne respiratoire. En ce cas il faut consulter en urgence en gynécologie ou car une hospitalisation peut être nécessaire

Suivi : échographies intra vaginales et prises de sang pour dosages hormonaux (œstradiol) à 3-4 reprises. Lorsque les follicules sont matures, l’ovulation est déclenchée par une injection sous-cutanée de hCH qui favorise aussi la maturation ovocytaire.

La ponction a lieu en hospitalisation, au bloc opératoire, en position gynécologique, par voie vaginale après pose de spéculum, sous contrôle échographique, et sous anesthésie générale ou sédation la plupart du temps (plus rarement sous anesthésie locale), le médecin utilise une aiguille reliée à une seringue ou à un système d’aspiration contrôlée. L’intervention dure une quinzaine de minutes.

Les liquides folliculaires ponctionnés sont ensuite transmis au laboratoire, ils ne contiennent pas forcément tous un ovocyte. Par ailleurs les spermatozoïdes sont aussi préparés, soit le recueil a eu lieu en frais le jour même soit on décongèle des paillettes de spermatozoïdes préparés plus tôt pour ne garder que ceux qui sont mobiles.

C’est là qu’a lieu la fécondation in vitro classique, elle se passe au laboratoire, à l’extérieur du corps de la femme : les gamètes sont mis en présence dans une boîte de culture contenant un milieu liquide nutritif et placée dans un incubateur à 37°C. Les spermatozoïdes mobiles viennent spontanément, sans aide extérieure, au contact de chaque ovocyte. Un seul d’entre eux sera fécondant pour chaque ovocyte.

Dès le lendemain de la ponction, les ovocytes fécondés, qu’on appelle aussi zygotes ont 2 noyaux (ou pronucleï) : l’un provenant de l’ovocyte, l’autre du spermatozoïde. Tous les ovocytes ne sont pas forcément fécondés. Après 24h les zygotes deviennent des embryons de 2 à 4 cellules, puis de 6 à 8 à J3. Ils peuvent être transférés à ce stade ou être poussés en culture prolongée jusqu’à des stades plus évolués comme le blastocyste à J5 qui comporte alors plus de 200 cellules.

Le moment venu, le transfert embryonnaire survient. Il a lieu en consultation, en position gynécologique sur vessie pleine, à l’aide d’un cathéter sous contrôle échographique (mêmes conditions que pour une insémination). L’embryon est déposé à l’intérieur de l’utérus dans lequel il pourra se développer et s’implanter.

Test de grossesse : dosage des Béta-HCG dans le sang 11 jours après le transfert d’embryons J3, 9 jours après le transfert d’un blastocyste.

Les embryons non transférés sont dits « surnuméraires », s’ils présentent des critères de développement satisfaisants au microscope ils peuvent être congelés. Chaque embryon est alors placé dans un petit tube appelé paillette et portant votre nom. Il est amené rapidement à une température très basse (c’est la vitrification à -196°C). L’embryon est comme « endormi », son développement est temporairement suspendu mais il est toujours vivant. Il est alors conservé aussi longtemps que nécessaire dans une cuve d’azote liquide située dans le laboratoire du centre d’AMP. Il pourra être transféré ultérieurement après décongélation. On parlera de TEC (transfert d’embryon congelé)

Le Transfert d’embryon congelé : Le TEC

Pourquoi : lorsque le transfert d’embryon frais n’est pas possible immédiatement (ex : mauvais aspect de la muqueuse utérine, hyperstimulation…) ou s’il n’a pas permis de naissance ou encore si le couple souhaite concevoir un autre enfant après une naissance

Comment : préparation de l’utérus à l’implantation des embryons encadrée ou non par un traitement hormonal pour la femme.

Suivi : échographies intra vaginales et prises de sang permettent de suivre l’aspect de la muqueuse utérine, donc l’efficacité du traitement éventuel et de programmer le transfert du ou des embryons.

On décongèle le jour même un ou 2 embryons en les ramenant doucement à température ambiante, puis on les place dans une boîte de culture contenant un milieu liquide nutritif et placée dans un incubateur à 37°C et on les observe pour s’assurer qu’ils reprennent leur développement. Il(s) sera/seront transféré(s) seulement dans ce cas.

Le transfert s’effectue dans les mêmes conditions que précédemment.

Test de grossesse : dosage des Béta-HCG dans le sang 11 jours après le transfert d’embryons J3, 9 jours après le transfert d’un blastocyste.

Si vous disposez d’embryons congelés vous recevrez chaque année un courrier de votre centre d’AMP vous demandant d’exprimer votre choix : poursuivre leur conservation, donner vos embryons à un autre couple infertile (anonyme et gratuit), à la recherche (faire progresser la médecine), ou de les faire détruire. Vous pouvez aussi vous exprimer spontanément sur ce sujet à tout moment, votre choix est à confirmer 3 mois après, attention la signature des 2 conjoints est nécessaire.

Si vous ne répondez pas aux relances ou ne trouvez pas d’accord au sein de votre couple les embryons sont détruits après 5 ans.

FIV avec ICSI ou IMSI

Quand : s’il existe des anomalies spermatiques sévères, affectant le nombre, la mobilité, la morphologie des spermatozoïdes, particulièrement si les spermatozoïdes ont été prélevés chirurgicalement. Elle peut être proposée après certains échecs de FIV classique.

Comment : La fécondation in vitro avec ICSI ou IMSI consiste en l’injection d’un seul spermatozoïde dans l’ovocyte. Seul diffère le niveau de grossissement du microscope sous lequel se déroule l’opération.

La préparation des gamètes est spéciale :

Concernant les ovocytes : ils sont habituellement entourés d’une couronne de cellules que l’on va ôter (« décoronisation ») pour bien repérer l’endroit où va se faire la micro- injection. Les ovocytes sont observés plus précisément et seuls les matures seront micro-injectés un par un.

Sous contrôle d’un microscope, le biologiste maintient l’ovocyte avec une micropipette et, avec une autre micropipette, aspire le spermatozoïde choisi (en fonction de son aspect et de sa mobilité) puis l’injecte à l’intérieur de l’ovocyte. Les cellules sont ensuite remises dans une boîte de culture dans l’incubateur à 37°C pour les étapes suivantes. La fécondation est ici directement initiée par la technique.

Les étapes suivantes sont identiques à celles de la FIV classique.

Références pour : Traitements

Liens

Médicaments pendant grossesse et allaitement
Fiv France
Agende de biomédecine
Fédération des cecos
Biologistes des laboratoires d'étude de la fécondation et de l'oeuf
Colège national des gynécologues et obstétriciens français
European society of human reproduction and embryology